Archive | Sony RSS feed for this section

Mettre les jeux PS3 en VO

3 Août

Les doublages français des jeux sont souvent comme ceux des films, c’est à dire pas terribles. Certains jeux PS3 permettent aux joueurs de choisir la langue cependant de nombreux titres sont obligatoirement en français.

Comment remédier à ce problème ? C’est très simple mettez la console en anglais.
Aller dans Paramètres – Paramètres systèmes – Langue système – English (United States)
Vous pouvez désormais profiter des vos jeux dans la langue de Shakespeare.

Test de Spec Ops : The Line

2 Août

cover

Il y a les blockbusters du jeu vidéo dont tout le monde parle et auxquels tous les joueurs ont déjà joué au moins une fois et il y a d’autres titres qui passent sous les radars malgré leurs qualités. Spec Ops : The Line fait partie de ces jeux dont on parle peu (malheureusement). Pour résumer Spec Ops, prenez Battlefield ou Call of Duty et inversez leurs qualités et défauts. Le titre de 2K est donc un shooter à la troisième personne techniquement perfectible mais à l’ambiance immersive et au scénario intelligent.

Dans le jeu vous incarnez le leader d’une petite escouade de la Delta Force. Vous et vos deux coéquipiers êtes envoyés à Dubai chercher des survivants. En effet, le ville a été victime de tempêtes de sables violentes qui l’ont coupé du monde. A votre arrivée, vous découvrez que la ville a été le lieu de massacres, il semblerait que le colonel de la 33e division d’infanterie soit devenu fou en s’auto-proclamant dictateur de Dubai.

A première vue le scénario n’est pas innovant cependant au fil du jeu la trame se complexifie pour aboutir à une fin digne d’un bon film. Spec Ops the Line s’apparente souvent à un Full Metal Jacket ou un Apocalypse Now  en soulignant le traumatisme guerrier. Le titre montre la transmission d’un membre de la Delta Force lambda en un soldat poussé à commettre des actes immoraux pour se venger. L’aspect psychologique de la guerre est le véritable point fort de l’histoire. Le conflit intérieur du personnage principal est mis en avant par les fréquentes engueulades de l’équipe.

Spec-Ops-The-Line-Splash-ImageLa technique n’est pas le point fort du jeu. Graphiquement, il est loin d’un Uncharted ou du dernier Tomb Raider. L’aliasing est présent, les textures bavent un peu et apparaissent tardivement. Néanmoins, le jeu se déroulant à Dubai après des tempêtes de sables, la visibilité est rarement bonne ce qui masque les défauts techniques. L’intelligence artificielle n’est pas parfaite non plus. Celle de vos alliés sont correctes, ils obéissent correctement aux quelques ordres que vous pouvez leurs donner (attaquer un soldat précis, lancer une grenade, soigner un blessé). En revanche, les ennemis ne disposent pas de capacité intellectuelle importante. Certains se mettent à couvert lors d’un lancé de grenade mais dans l’ensemble c’est davantage par leur nombre qu’ils ralentissent la progression du joueur. La bande-son est excellente, les bruitages sont très bons et la musique est utilisée aux moments opportuns pour contribuer à l’immersion.

10Parlons désormais du gameplay et de l’ambiance qui sont les grandes réussites de Spec Ops : The Line. Ce dernier dispose d’un gameplay archi-classique mais qui a le mérite de fonctionner. Le système de couverture est critique dans l’aventure car vous ne survivrez pas longtemps aux vagues d’ennemis. Heureusement, votre personnage se met à couvert derrière n’importe quoi. Les bugs de couverture sont rares et les commandes tombent bien en mains. L’arsenal mis à disposition est lui aussi classique et répond à l’impératif de réalisme du jeu (M4,AK47,SCAR,…). La gestion des munitions est importante car elles sont souvent en nombre limité. Il faut économiser les balles sous peine de se retrouver dans une situation relativement inconfortable. Le corps à corps est possible mais contre plusieurs ennemis il vaut mieux trouver une arme à feu. Cette gestion des munitions oblige le joueur à se servir de l’ensemble des armes qui ont chacune des caractéristiques propres. Contrairement aux autres jeux de tirs, toutes les armes ont une physique différente et aucune n’est réellement pénalisante. La gestion des tirs est, je trouve, exceptionnelle. C’est le seul jeu dans lequel on peut réellement nettoyer une zone avec un unique chargeur. Le tir automatique est très contrôlable et réaliste, il sera plus facile de mitrailler précisément avec un M4 qu’avec un AK47. Le nombre de balles nécessaires à tuer un ennemi est assez faible (deux ou trois) ce qui est assez jouissif. En cas de manque de munitions, on sait qu’avec une vingtaine de balles un peut s’en sortir si l’on vise correctement.

Spec_Ops_The_Line_1

Le contexte dans lequel se déroule l’histoire est tout bonnement génial.  Placer le jeu dans une ville comme Dubai permet d’offrir de la diversité et des environnements originaux. L’aventure se passe entre le désert jonché de Bentley et autres Lamborghini aux palaces improbables avec des aquariums géants. Malgré l’ancienne richesse de la ville, les survivants des tempêtes de sable vivent dans des conditions difficiles et sont les victimes de massacres. Vous parcourez l’aventure dans une ville pleine de charniers et où l’utilisation de phosphore blanc était fréquente. Vous serez amener à vous en servir au cours de l’histoire plus ou moins contre votre gré. Le jeu met en avant les dégâts causés par l’utilisation des armes chimiques par des séquences plus lentes et très gores. L’autre thématique abordée est l’impact psychologique de la guerre sur les soldats. Votre personnage ne sera pas le même entre le début et la fin du jeu. En parlant de la fin du jeu, elle est simplement géniale et mérite d’être vue.

En conclusion, Spec Ops : The Line est un excellent TPS (Third Person Shooter). Son seul défaut est de ne pas avoir rencontrer le succès qu’il mérite. Il s’agit d’un titre intelligent qui immerge le joueur dans l’enfer de la guerre et qui l’amène à se poser des questions sur les conflits actuels. On quitte le jeu de tir pro-américain dont le scénario tient sur un timbre post et ça fait du bien. Les films de guerre ont leurs navets et leurs chefs-d’œuvre (Full Metal Jacket, Platoon,…), Le jeu vidéo aussi. Le titre est disponible sur PC, PS3 et Xbox 360 à petit prix, profitez-en.

A l’heure où j’écris ces lignes, il est gratuit pour les membres du PlayStation Plus.

Test de Little Big Planet Karting

24 Juin

LBGK jaquetteAyant apprécié les deux volets de Little Big Planet sur PS3, j’ai profité de la gratuité de LIttle Big Planet Karting sur le PSN+ pour l’essayer et voir s’il est ou non un bon ersatz de Mario Kart.

A première vue, le jeu à tout pour plaire, un jeu de course fun avec les possibilités de création et d’échange d’un Little Big Planet ne peut que être un hit. Arrêtons le suspense immédiatement, le titre ne restera pas dans les annales. Little Big Planet a (presque) tous les ingrédients d’un bon jeu mais la recette ne prend malheureusement pas.

Commençons par ce qui est bien. Techniquement, le jeu est beau, l’aspect carton-pâte cher à la série est toujours présent. On adore le look de Little Big Planet ou on le déteste, personnellement j’aime beaucoup. Les différents karts ont réellement l’air de jouets et participent à l’ambiance enfantine du jeu. Pour respecter l’appartenance à la série, les développeurs ont eu la mauvaise idée de créer un semblant de scénario. Autant dans le jeu de plateforme on l’apprécie mais dans un Little Big Planet Karting, l’histoire ne fait que rendre le jeu encore mollasson. La cinématique avant le départ son lente, les personnages parlent en «yaourt» et tentent en vain d’expliquer l’intrigue du jeu.

LittleBigPlanet_Karting01

Le gameplay, voila où pèche vraiment le jeu. Bien qu’il soit le nerf de la guerre dans un jeu de kart, les développeurs ont rendu le jeu mou. La latence et la pesanteur des personnages sont supportables dans un jeu de plateforme mais dans un jeu de course qui a pour vocation d’être fun, c’est rédhibitoire. Le système de dérapage est bien pensé et permet de faire des accélérations à la suite d’un long drift mais la sensation de vitesse n’y est toujours pas. Comme tout bon (ou pas) Mario Kart-like qui se respecte, les joueurs peuvent se tirer dessus avec des armes sur des circuits ou des arènes. Ces armes allègrement pompées sur celles utilisées par le plombier moustachu n’innovent pas. A moins de jouer au jeu pendant des heures, leur identification est difficile. Les images censées représenter leurs caractéristiques respectives sont peu compréhensibles. On appuiera sur carré pour en utiliser une sans connaitre son effet. Bon point par contre, le système de contre est bien pensé, quand on dispose d’une arme, il est possible de contrer une attaque quand une icône de bouclier apparaît derrière le véhicule. La technique pour éviter de se faire envoyer dans le décors consiste à rouler tranquillement en se servant de son arme uniquement pour se défendre, ce qui n’est pas très fun vous en conviendrez.

LBP screen

Comme dans Mario-Kart, le facteur chance à sa part de responsabilité dans la victoire ou la défaite du joueur. Cependant, dans Little Big Planet Karting, on atteint le summum du grand n’importe quoi. Il est possible de faire deux fois le même circuit avec une fois une IA avec le QI d’un jambon Madrange et une seconde fois une IA armée jusqu’aux dents qui vous harcèle de missiles à tête chercheuse.

Dernier défaut, les circuits disponibles dans le mode histoire sont peu inspirés et à vrai dire, je ne m’en rappelle pas d’un seul. Même si le nombre de fois auquel j’ai joué à Mario Kart se compte sur les doigts d’une main, je me souviens de certains circuits. Cependant, la pauvreté des circuits n’est pas réellement un problème. Tout bon Little Big Planet qui se respecte se doit de disposer d’un éditeur de niveau. C’est aussi valable pour Karting. L’éditeur est facile à utiliser et permet vraiment de laisser libre court à son imagination. Certains ont réalisé de somptueux circuits en ligne auxquels on peut jouer aussi bien en solo qu’en multi.

En un mot comme en cent, Little Big Planet n’est pas un indispensable, on y joue quelques parties avec ses potes, on s’amuse un peu mais on l’oubliera très vite. Dommage car le titre avait un véritable potentiel pour devenir culte.

Test de Far Cry 3 Blood Dragon

8 Mai

Blood dragon logoAmateur de jeu réaliste, de scénario bien ficelé et de contexte historique, passez votre chemin car Far Cry 3 Blood Dragon n’est pas fait pour vous. Les développeurs du jeu se sont donnés à coeur joie pour créer un hommage au kitch et aux années 80.
Le joueur incarne le cyborg Rex Power Colt, rescapé de la seconde guerre du Vietnam et grand patriote américain. Votre but : tuer le méchant et massacrer l’Oméga Force. Vous l’aurez compris le scénario kitchissime n’est qu’un prétexte à un gros jeu de tir. Néanmoins, le maigre scénario est racontée par des vidéos au design 16 bits extrêmement réussies.
Les graphismes sont très 80’s avec des néons sur les armes, les combinaisons des ennemis et un filtre qui donne l’impression de visionner une VHS. La bande son quant à elle est exceptionnelle. Les thèmes sont très rétros avec, évidemment, beaucoup de synthétiseur.
Blood Dragon screen 1On retrouve l’excellent gameplay de Far Cry 3 avec quelques petites changements. La jouabilité a été grandement simplifier, la progression est devenue linéaire, les capacités de saut et de sprint du personnage ont été aussi grandement améliorer. On débloque toujours des accessoires pour les armes en prenant des bastions aux mains de l’Oméga Force et en accomplissant des missions secondaires.
Le bestiaire a été aussi modifié, le plus grand changement est l’apparition des dragons de sang. Ces grosses bêtes sont très puissantes et massacrent toute personne se trouver à leur portée. Vous pouvez vous en servir en les attirer près des ennemies afin que les dragons les trucident. Les autres animaux changent peu, ils ont seulement un look cyborg ou mutant.
L’arsenal mis à disposition du sergent Rex Power Colt est limité. Il se compose essentiellement d’un fusil à pompe, d’une mitrailleuse, d’un sniper, d’une Gatling et d’un arc. Ce dernier est malheureusement un peu cheaté, il rend les phases d’infiltration un peu trop facile. A la fin du jeu, on débloque une arme supplémentaire surpuissance mais je vous laisse la surprise.
Blood Dragon screen 2
Alors Far Cry 3 Blood Dragon, que du bonheur ? Oui……et non. En effet, le jeu souffre de deux problèmes, sa facilité et sa durée de vie. Même en mode de difficulté maximale, le jeu demeure facile et on avance un peu trop facilement dans l’aventure. Cette trop grande facilité raccourcit une durée de vie déjà très courte. Comptez environ quatre heures pour finir le jeu en prenant votre temps et ajoutez deux petites heures pour finir Blood Dragon à 100%.

En conclusion, Far Cry 3 Blood Dragon est un titre que l’on adore ou que l’on déteste à cause de son style 80’s. Personnellement, j’adhère totalement au délire des développeurs et je recommande chaudement de ce stand alone. La seule critique que l’on peut émettre est la durée de vie, il est frustrant de terminer cette ode au kitch en moins de 5 heures d’autant plus qu’on aurait aimé un mode multijoueur. Son petit prix, 15 € (11,99€ sur le PSN+), excuse sa piètre durée de vie.

PS4 : les achats du PSN non transférables

21 Fév

Alors que l’on pensait que le dématérialisé allait faciliter la rétrocompabitiblité des jeux sur les consoles, le président de Sony Worldwide Studio, Shuhei Yoshida, jette un pavé dans la marre.

En effet, il a annoncé qu’il ne sera pas possible de récupérer ses achats effectués sur le Playstation Store sur la nouvelle console de Sony. La PS4 n’est donc pas rétrocompatible avec les jeux PS1 et PS2 dématérialisés, un comble.
Le président a toutefois expliqué qu’une solution sera proposée pour résoudre ce problème. On pensera évidemment à du Cloud Gaming. Les plus pessimistes doutent sur la gratuité d’un tel service.
Moralité, gardons nos PS3 encore un bout de temps pour profiter de nos achats déjà effectués sur le PSN.
sony logo

GTA San Andreas sur PS3

10 Déc

Bonne nouvelle pour les amateurs de la fameuse franchise de Rockstar, GTA San Andreas sortira cette semaine sur le Playstation Store. Le jeu rejoindra les PS2 Classics à 14,99€. On va enfin pouvoir retrouver les routes de la région de San Andreas en attendant patiemment le cinquième épisode de la série.

Il s’agit d’un simple portage. Oublier les trophées, une refonte graphique et des améliorations du gameplay, ce sera une version « brut de décoffrage ». Mais ne boudons pas notre plaisir car comme l’a si bien dit Alfred de Musset : « Qu’ importe le flacon, pourvut qu’on ait l’ivresse ? ».

Il ne manque alors que Vice City pour se refaire la trilogie des GTA sur PS3.

Test de The Ratchet & Clank Trilogy

6 Juil

Voici un test tardif de Ratchet & Clank Trilogy, ce retard s’explique par la durée de vie pachidermique de ce titre. Pour commencer, il s’agit d’une compilation regroupant les trois premiers épisodes des aventures de Ratchet et Clank sortis sur Playstation 2. Le jeu Ratchet & Clank : Size Matter n’apparait donc pas sur ce bluray malgré son portage sur l’ancienne console de salon de Sony. Les trois titres ont été développés par Insomniac Games et le portage a été effectué par Idol Minds. Je ne vais pas tester chacun des épisodes ici mais je vais m’efforcer de décrire la plus-value de cette remasterisation sur PS3.

Au démarrage, l’écran principal est on ne peut plus sobre, on est amener à choisir un des trois épisodes et c’est tout, pas de bonus ni de making-of. Néanmoins, The Ratchet & Clank Trilogy dispose d’un réel intérêt par rapport aux jeux PS2. Tout d’abord, les jeux tournent en 1080p, les textures HD sont détaillées et il n’est pas choquant de jouer à une série vieille de dix ans déjà. Ce plaisir des yeux est magnifié par un framerate de 60 images par seconde, ce taux est à peu près constant car j’ai pu déceler quelques ralentissements dans le premier épisodes mais rien de problématique. Les chanceux disposant d’une télévision 3D pourront aussi profiter des trois jeux en relief, malheureusement je n’ai pas pu tester cette fonction.
Côté durée de vie, comptez une douzaine d’heures par épisode soit environ 36 heures de jeu auxquelles s’ajoutent une forte replay value propre aux Ratchet & Clank, au mode multijoueurs du troisième jeu et des trophées pour pouvoir frimer sur le PSN.
Il est intéressant de noter que le premier épisode pose vraiment les bases de la série et qu’en dehors de l’évolution des armes, le gameplay a évolué seulement par petite touche.
En conclusion, je recommande chaudement cette compilation à tous les fans de la série et même à ceux qui ne la connaissent pas car les jeux ont très bien vieilli et on prend toujours le même plaisir à sillonner les planètes en incarnant le lombax le plus connu de l’Univers.

Un nouvel épisode de Ratchet & Clank annoncé

31 Mai

On pensait que la série des Ratchet & Clank était terminée avec le dernier (excellent) épisode A Crack In Time mais pour fêter les dix ans de la saga un nouvel épisode est annoncé. Ce nouveau volet intitulé Ratchet & Clank : QForce devrait renouer avec les racines de la série contrairement à All 4 One qui était davantage un jeu multi. Cet episode sera disponible aussi bien en version boite qu’en dématérialisé. De nouvelles informations seront sûrement disponibles lors du prochain E3, la sortie annoncée est en automne prochain. Voici le premier artworks de Ratchet & Clank : QForce :

La manette de la Freebox sur PS3

8 Mai

Je suis sûrement en retard d’une guerre mais je viens de découvrir hier que la manette livrée avec la Freebox Revolution fonctionne parfaitement avec la PS3. Le pad n’est pas d’excellente qualité et la précision des sticks est moyenne mais c’est une très bonne nouvelle car sincèrement je pensais que cette manette allait prendre la poussière. En effet, les jeux disponibles sont de piètre qualité surtout sur un grand écran.

The Ratchet & Clank Trilogy confirmé !

15 Mar

Les bonnes nouvelles s’enchaînent ces temps-ci. Après les rumeurs concernant Mafia 3, Sony vient d’annoncer la future sortie de The Ratchet & Clank Trilogy. Cette compilation regroupera les trois premiers volets des aventures du duo Ratchet et Clank sur un même blu-ray. Les jeux seront upscalés en 1080p et seront aussi jouables en 3D stéréoscopique 720p. Chaque épisode disposera du système de trophées et Ratchet & Clank 3 conservera son mode multijoueur. La sortie française est prévue pour le 16 mai et je me la procurerai sans aucun doute car il s’agit d’une série que j’apprécie énormément.

%d blogueurs aiment cette page :