PRISM, quid novi ?

17 Juin

PRISM_logo_(PNG)

Petit billet pour parler de l’affaire PRISM qui fait polémique un peu partout dans le monde.

Il est intéressant de constater que la presse met enfin en avant l’espionnage américain sur internet et les réseaux de télécommunication.
Qu’y a-t-il de réellement surprenant dans cette affaire ? Malheureusement rien du tout. Depuis le réseau Échelon à la fin des années 1940, rien n’a vraiment évoluer si ce n’est la méthode d’espionnage. Désormais, on n’intercepte plus le contenu des conversations mais les métadonnées (n° de téléphone, heure, fréquence, endroit…).
Il faut espérer que ce début de prise de conscience par la presse et le grand public permette de protéger un peu plus nos vies privées dont le côté privé est malmené depuis de nombreuses années déjà.
Publicités

Les cinq jeux qui m’ont le plus marqué [4/5]

17 Juin

children-video-game

« Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre […] », le jeu Aladdin sorti sur Sega Megadrive en 1993 est un chef d’oeuvre. Bien que sorti également sur Super Nintendo, la version sorti sur Megadrive est de loin supérieure.

Aladdin screenLes graphismes sont superbes et fidèles au dessin animé. Un gros travail a été fait sur les animations des différents personnages. Le joueur peut donc s’immerger dans l’univers d’Aladdin. Le jeu est aussi bourré de clins d’oeil aux autres titres de Disney et les personnages comme Mickey, Donald ou Dingo sont souvent cachés dans les décors.
La bande-son suit les grands thèmes du film de Disney et son agréable à écouter malgré les limites technologiques de la console.
La durée de vie est conséquente et la difficulté est au rendez-vous surtout le boss de fin, Jafar, qui nécessite beaucoup de tact et de self-control.
En un mot comme un cent, ce jeu est exceptionnel et reste agréable à jouer aujourd’hui, Aladdin est devenue un classique de la Megadrive, ce n’est pas un hasard.

Aladdin jaquette

 

Le retour de l’édito

16 Juin

editorial

Internet a vu renaître la pratique de l’édito (éditorial). Qu’est qu’un édito ? me diriez vous ? Il s’agit d’un article reflètant la position de l’éditeur ou de la rédaction.

Le web a fait ressurgir cette forme de billet pour le plus grand bien du lectorat. En effet, sur internet l’information est présente partout et rapidement, avoir l’exclusivité de l’information est une tâche difficile voire impossible. Il faut donc, pour un site ou un magazine, proposer autre chose pour sortir du lot.
L’édito permet de fidéliser le lecteur qui cherche plus que de l’information. Chaque rédacteur propose son opinion en fonction de sa propre sensibilité. Il est indéniable que ce ne sont pas les éditoriaux qui apportent le plus de clics, la majorité des lecteurs ne lisent pas plus d’un paragraphe.
Ce constat s’applique autant, si ce n’est plus, à la pesse papier. Intrinsèquement ce médium ne dispose pas de la réactivité du web. Les journaux ou les magazines doivent impérativement proposer du qualitatif pour ne pas disparaître.
Finalement et contrairement à l’opinion de beaucoup, internet favorise l’écriture et la lecture.

Test de Far Cry 3 Blood Dragon

8 Mai

Blood dragon logoAmateur de jeu réaliste, de scénario bien ficelé et de contexte historique, passez votre chemin car Far Cry 3 Blood Dragon n’est pas fait pour vous. Les développeurs du jeu se sont donnés à coeur joie pour créer un hommage au kitch et aux années 80.
Le joueur incarne le cyborg Rex Power Colt, rescapé de la seconde guerre du Vietnam et grand patriote américain. Votre but : tuer le méchant et massacrer l’Oméga Force. Vous l’aurez compris le scénario kitchissime n’est qu’un prétexte à un gros jeu de tir. Néanmoins, le maigre scénario est racontée par des vidéos au design 16 bits extrêmement réussies.
Les graphismes sont très 80’s avec des néons sur les armes, les combinaisons des ennemis et un filtre qui donne l’impression de visionner une VHS. La bande son quant à elle est exceptionnelle. Les thèmes sont très rétros avec, évidemment, beaucoup de synthétiseur.
Blood Dragon screen 1On retrouve l’excellent gameplay de Far Cry 3 avec quelques petites changements. La jouabilité a été grandement simplifier, la progression est devenue linéaire, les capacités de saut et de sprint du personnage ont été aussi grandement améliorer. On débloque toujours des accessoires pour les armes en prenant des bastions aux mains de l’Oméga Force et en accomplissant des missions secondaires.
Le bestiaire a été aussi modifié, le plus grand changement est l’apparition des dragons de sang. Ces grosses bêtes sont très puissantes et massacrent toute personne se trouver à leur portée. Vous pouvez vous en servir en les attirer près des ennemies afin que les dragons les trucident. Les autres animaux changent peu, ils ont seulement un look cyborg ou mutant.
L’arsenal mis à disposition du sergent Rex Power Colt est limité. Il se compose essentiellement d’un fusil à pompe, d’une mitrailleuse, d’un sniper, d’une Gatling et d’un arc. Ce dernier est malheureusement un peu cheaté, il rend les phases d’infiltration un peu trop facile. A la fin du jeu, on débloque une arme supplémentaire surpuissance mais je vous laisse la surprise.
Blood Dragon screen 2
Alors Far Cry 3 Blood Dragon, que du bonheur ? Oui……et non. En effet, le jeu souffre de deux problèmes, sa facilité et sa durée de vie. Même en mode de difficulté maximale, le jeu demeure facile et on avance un peu trop facilement dans l’aventure. Cette trop grande facilité raccourcit une durée de vie déjà très courte. Comptez environ quatre heures pour finir le jeu en prenant votre temps et ajoutez deux petites heures pour finir Blood Dragon à 100%.

En conclusion, Far Cry 3 Blood Dragon est un titre que l’on adore ou que l’on déteste à cause de son style 80’s. Personnellement, j’adhère totalement au délire des développeurs et je recommande chaudement de ce stand alone. La seule critique que l’on peut émettre est la durée de vie, il est frustrant de terminer cette ode au kitch en moins de 5 heures d’autant plus qu’on aurait aimé un mode multijoueur. Son petit prix, 15 € (11,99€ sur le PSN+), excuse sa piètre durée de vie.

Apple où vas-tu ?

28 Avr

iPhone5 slogan

On est bien loin du « Think Different » d’antan. Le slogan est vraiment mauvais, prenez un iPhone 5 non pas parce qu’il est le meilleur smartphone mais parce que tout le monde en a un.

Mauvais slogan encore une fois.

Mountain Lion sur MacBook Air mid2009

28 Avr

J’ai longtemps hésité à installer sur mon MacBook Air mid 2009 à cause du manque d’information concernant la mise à jour de ce modèle. Au péril de ma vie, j’ai procédé à l’installation de OS X 10.8 et, à ma grande surprise, tout fonctionne pour le mieux pour le moment.

Mountain Lion a mis à coup de fouet au portable par rapport à Snow Leopard et ce malgré le fait qu’il ne s’agissait pas d’une clean install. On peut alors profiter pleinement d’iCloud et des features comme la dictée vocale qui sont propre à OS X 10.8. En revanche, le MacBook ne se met pas à jour pendant la mise en veille (Power Nap) et l’autonomie en prend un certain coup. L’ordinateur peine à dépasser les deux heures mais ce constat faiblard s’explique s’en doute par ma batterie qui est bonne à remplacer.

 

Je conseille donc aux possesseurs de MacBook Air mid 2009 qui hésitent à faire la mise à jour d’upgrader le système d’exploitation malgré les 2go de RAM et et le Core 2 Duo.

 

Pour rappel, Mountain Lion coûte 17,99€ sur l’App Store.
Mountain Lion mba2009

 

Apple en manque d’innovation ?

26 Fév

Apple Fail

Aujourd’hui les critiques fusent contre Apple. Même le co-fondateur de la firme de Cupertino, Steve Wozniak, critique l’iPhone 5 pour se manque d’innovation. De plus en plus de personnes ont l’impression que le soufflet retombe pour Apple et qu’elle devient une entreprise high-tech comme les autres. La firme à la pomme ne serait plus à la pointe et deviendrait paresseuse en sortant des produits certes bons mais pas révolutionnaires.

Il me semble qu’il faut prendre un peu de recul et ne pas enterrer Apple à cause de ces nombreuses critiques qui circulent sur le net.

 

Une des raisons de ce manque d’enthousiasme entourant Apple est l’annonce des produits. Depuis que Tim Cook est à la barre, les produits semblent moins attirants. Il serait stupide de le blâmer car Steve Jobs était le visionnaire de la firme car le réel travail de Tim Cook se verra dans quelques années. Le réel problème est lié aux Keynotes. L’exemple de la présentation de de l’iMac est intéressant. Lors de la Keynote, Apple a présenté son nouveau modèle de tout-en-un par une simple diapo. C’est une erreur car l’iMac reste un produit majeur malgré la cannibalisation des parts du Mac par l’iPad. Il n’y a donc pas eu de « Waouh Effect » qui aurait augmenté les ventes. C’est dommage car le dernier iMac est une superbe machine et ravive la gamme d’ordinateur de bureau qui n’avait pas bougé depuis longtemps.

 

L’autre explication de ce désamour pour Apple provient de sa communication ou plutôt de son absence de communication. Alors que les autres firmes présentent l’avenir aux investisseurs et aux potentiels clients, Apple cultive la pratique du secret (plus ou moins bien caché d’ailleurs). Ce flou sur l’avenir de la firme dérange aussi bien les actionnaires que les clients. Or, aujourd’hui, Apple est à un tournant. Après avoir révolutionné l’ordinateur personnel, le téléphone et la tablette tactile, a Cupertino on planche sur un autre domaine. Certains disent la télévision et d’autres le « wearable computing » avec une iWatch. Il s’agit en quelque sorte du calme avant la tempête, Apple doit se concentrer sur son prochain produit et ne cherche pas à se battre avec la concurrence sur les marchés du smartphone ou de la tablette. On a donc l’impression qu’Apple reste dans son coin alors que la concurrence propose sans cesse des nouveaux produits avec de nouvelles fonctionnalités. Ce n’est pas la politique d’Apple de ce battre ses challengers en sortant davantage d’iDevices ou en modifiant sa gamme en fonction de l’activité extérieure même si l’iPad mini est un parfait contre-exemple.

 

L’effet « c’était mieux avant » est aussi un autre soucis. On se souvient avec nostalgie des grands lancements de la pomme et les nouveaux produits ne nous émeuvent quasiment plus. On en déduit alors qu’Apple est moins innovante. Si tel était le cas, Apple ne devrait pas enregistrer des résultats mirobolants. Sa santé financière est au beau fixe et la marque devient de plus en plus mainstream. On peut cependant comprendre la déception liée à la sortir de l’iPhone 5 qui ne gère pas le NFC et qui est grosso modo un iPhone 4 plus grand et plus design. Le public en attend peut-être trop, la firme ne peut pas renouveler à chaque fois le succès de l’iPhone ou de l’iPad chaque année.

 

Ce qu’il faut retenir c’est que l’atmosphère négative entourant la firme à la pomme n’est pas synonyme de son déclin, bien au contraire. On en attend simplement trop d’Apple et son obsession à ne rien divulguer de sa stratégie frustrent encore davantage les gens qui y voit la fin de la domination de la firme de Cupertino. La transition Jobs/Cook n’a toujours pas été pleinement dirigée et les Apple addicts s’enferment dans une postale qui n’a pas lieu d’être. Comme il est coutume avec cette entreprise, la meilleure technique à adopter est le « Wait & See » car les prochains mois risquent d’être très intéressants pour Apple.

iTV

 

Place de la toile, un excellent podcast

25 Fév

Place de la toileJ’ai découvert il y a peu de temps un podcast de France Culture sur le numérique, il s’agit de Place dans la toile. C’est une émission audio hebdomadaire de 45 minutes avec différents invités. Les thèmes abordés sont très larges, du débat politique sur l’éthique du web en passant par l’économie numérique.

Je recommande donc chaudement ce podcast que vous pouvez trouver sur iTunes ici.

Une fissure sur le moteur du Lockheed Martin F-35 cloue la flotte au sol

24 Fév

F-35 JSF

L’ensemble de la flotte américaine de F-35 Joint Strike Fighter a été clouée au sol à cause d’une fissure dans le moteur d’un de ces avions de chasses. C’est le dernier des quatre arrêts partiels ou complets du F-35, le futur avion de chasse du Pentagone, en seulement deux ans et demi d’existence.

« Le 19 février 2013, une inspection de routine du moteur a révélée une fissure sur une pale d’une turbine d’un F-35 installée sur un avion d’essai sur la base Edwards en Californie » a déclaré le porte-parole Kyra Hawn dans un communiqué.

La pale endommagée a été retournée au constructeur Pratt and Whitney pour une « évaluation appronfondie et la détermination de la cause du problème ». Le porte-parole ajoute, « Il est encore trop tôt pour connaitre l’impact de la découverte sur la flotte entière cependant, par mesure de précaution, tous les vols des F-35 ont été suspendus en attente du résultat de l’investigation. »
Il est à noter que le F-35 a précédemment eu des problèmes de pales en 2008.

La suspension de vol affecte les F-35 en phase de test en Floride, Californie et dans le New Jersey et les premiers pilotes en formation en Floride et en Arizona. Le Pentagone dispose de cent F-35 divisés en trois modèles : le modèle A léger pour l’Air Force, le F-35B à atterrissage vertical pour le Marine Corps et le F-35C réservé à la Navy et embarqué sur porte-avion. L’armée a prévu l’achat de 2 400 appareils au total sur les trente prochaines années pour un coût supérieur à 1 550 milliards de dollars, formation et maintenance inclues.

Sans précédent par son ampleur et son ambition, le programme F-35 de Lockheed Martin a été marqué par des dépassements de coûts, des retards et des problèmes de conception. Le Pentagone n’a cessé de revoir à la baisse les spécifications de l’avion. Malgré cela, Lockheed Martin se bat pour offrir un appareil répondant aux exigences de furtivité, de maniabilité, de vitesse et de portée.

Tous les F-35 ont été temporairement interdits de vol à la fin de l’année 2010 puis en 2011 à cause d’une pompe à carburant défectueuse. Les F-35B des Marines ont été privés de vol le mois dernier après un dysfonctionnement du réacteur – une défaillance d’une conduite a été découverte par la suite. Chaque interdiction de vol cause des retards qui repoussent la mise en service du Joint Strike Fighter à 2018 ou 2019.

Le fait que les trois modèles de F-35 partagent une conception commune du moteur signifie qu’une fissure dans une turbine d’un appareil peut affecter tous les autres. Le Pentagone avait prévu deux moteurs interchangeables pour le F-35 – un fabriqué par Pratt and Whitney et l’autre par le concurrent General Electric. Mais après un âpre combat politique et à cause d’une recommandation de l’armée, le Congrès a mis fin à la possibilité de choisir deux moteurs pour des raisons de coûts.
Si la situation perdure, l’interdiction de vol actuel pourrait raviver cette bataille.

Source : Wired

Remédier au problème Free/Youtube

24 Fév

Le conflit entre Free et Google nuit directement aux internautes depuis un bon bout de temps. En effet, il est quasiment impossible de streamer correctement une vidéo youtube quand on est chez Free.

Il existe une solution pour résoudre ce problème. Rendez vous sur youtube-free.fr et comme par magie vous pouvez profiter pleinement des millions de vidéos sans à avoir à attendre 10 minutes pour regarder une vidéo en 240p.

 youtube-vs-free

%d blogueurs aiment cette page :