Tag Archives: Les cinq jeuxvidéos qui m’ont le plus marqué

Les cinq jeux qui m’ont le plus marqué [5/5]

17 Juin

children-video-game

Alors que Mickey’s Castle of Illusion (1990) est considéré comme un excellent jeu de l’époque 16 bits, on oublie bien trop souvent son petit frère World of Illusion (1992) qui est, à mon sens, un véritable chef d’oeuvre de la Megadrive ou Genesis pour nos amis anglo-saxons.

Mickey's World of Illusion screen

Le scénario n’est qu’un prétexte à l’exploration. Mickey et Donald déc
ouvrent un livre sur lequel figure une formule magique qui permet, à l’aide d’un portail, de voyager dans différents univers.

Les graphismes, la bande-son et son ambiance contribuent à rendre ce titre un indispensable.
Le gameplay bien que simple est varié, on parcourt le jeu dans des décors magnifiques, de la forêt au fonds marins en passant par un mode proche de celui d’Alice au pays des merveilles.
Le jeu propose aussi un mode coopératif, le second personnage étant le fameux Donald. Ce mode de jeu est d’autant plus intéressant qu’il propose des niveaux inédits par rapport au mode solo.
Le seul reproche qu’on pourrait faire à Mickey’s World of Illusion est sa durée de vie. En effet, la difficulté est modérée et certai
ns trouveront le jeu trop facile.
Néanmoins, si vous possédez encore une Megadrive, n’hésitez pas à insérer la cartouche, le jeu n’a vraiment pas vieillit.

Mickey's World of Illusion jaquette

Publicités

Les cinq jeux qui m’ont le plus marqué [4/5]

17 Juin

children-video-game

« Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre […] », le jeu Aladdin sorti sur Sega Megadrive en 1993 est un chef d’oeuvre. Bien que sorti également sur Super Nintendo, la version sorti sur Megadrive est de loin supérieure.

Aladdin screenLes graphismes sont superbes et fidèles au dessin animé. Un gros travail a été fait sur les animations des différents personnages. Le joueur peut donc s’immerger dans l’univers d’Aladdin. Le jeu est aussi bourré de clins d’oeil aux autres titres de Disney et les personnages comme Mickey, Donald ou Dingo sont souvent cachés dans les décors.
La bande-son suit les grands thèmes du film de Disney et son agréable à écouter malgré les limites technologiques de la console.
La durée de vie est conséquente et la difficulté est au rendez-vous surtout le boss de fin, Jafar, qui nécessite beaucoup de tact et de self-control.
En un mot comme un cent, ce jeu est exceptionnel et reste agréable à jouer aujourd’hui, Aladdin est devenue un classique de la Megadrive, ce n’est pas un hasard.

Aladdin jaquette

 

Les cinq jeux qui m’ont le plus marqué [3/5]

1 Nov

Chose promise chose due, voici le troisième jeu qui m’a le plus marqué. Il s’agit de l’excellent Mafia. Ce jeu encensé par la critique est sorti en 2002 et a été développé par Illusion Softworks. Disponible sur PC, il a connu cependant un portage console (xbox et PS2) de piètre qualité mais je n’en parlerai pas ici.

Il est très difficile de trouver de réels défauts à Mafia.

Dans la peau de Thomas Angelo, un taxi devenu gangster malgré lui, vous effectuerez divers contrats pour votre Don. Les personnages que Tom rencontre sont tous plus charismatique les uns que les autres et pour une fois, on s’attache vraiment au protagoniste d’un jeu qui est humain car perfectible. Le scénario est excellent, l’un des meilleurs du monde du jeuxvidéo, d’ailleurs, la fin du jeu a marqué plus d’un jour.

Techniquement le jeu était splendide et aujourd’hui encore on peut le réinstaller sans s’arracher les yeux pour y jouer avec (quasiment) le même plaisir qu’autrefois. La ville de Lost Heaven est très bien modélisée ainsi que les véhicules. D’ailleurs en parlant des automobiles, j’ai un reproche à leurs faire : ce ne sont pas des modèles sous licences. Par contre, elles restent très bien faites et variées, on passe du corbillard à la voiture de course en passant par le camion de pompier. La conduite de ces véhicules participent largement à l’immersion du joueur dans les années 30. Il faut respecter le code de la route sous peine de recevoir un PV ou d’être arrêté. De plus, comme dans tout bon jeu de gangster, il y a des courses poursuites mais avec des bagnoles des années 30, passer le cap des 100km/h est difficile.

L’autre point fort du jeu est sa somptueuse bande son. Côté bruitage c’est magnifique, l’ambiance de la ville, des voitures et des armes sont très bien retranscrite. Néanmoins, c’est la musique de Mafia qui rend le jeu inoubliable et qui m’a fait découvrir le jazz. En effet, tous les morceaux correspondent à l’action et à l’ambiance des années trente. C’est un véritable plaisir de conduire une vieille voiture dans le centre de Lost Heaven en écoutant des morceaux de Django Reinhard.

Bref, ce jeu est un indispensable, il est quasiment parfait et c’est pourquoi, à mon avis, Mafia II a été vivement critiqué par la presse vidéoludique. Certes le jeu est en deçà de son sublimissime prédécesseur mais il n’en demeure pas moins excellent. La bande son de Mafia II est aussi très très bonne, l’histoire, malgré sa fin un peu décevante, et les personnages sont intéressants.

Les cinq jeux qui m’ont le plus marqué [2/5]

19 Oct

Second épisode des jeux qui m’ont le plus marqué. L’indice désignait l’instructeur du film Full Metal Jacket, un des chefs-d’oeuvre de Kubrick. Le deuxième jeu est donc Vietcong (ainsi que ses extensions). Il s’agit d’un FPS développé par Pterodon et sorti en 2003.

Sa particularité est de retranscrire très fidèlement l’ambiance de la guerre du Vietnam grâce à son réalisme et son ambiance sonore.

C’est le jeu sur lequel j’ai passé le plus de temps. La campagne solo est excellente, elle ne fait pas dans l’américanisme stupide comme celles des Call Of Duty. Elle raconte les périples d’une petite unité composé de cinq badass ayant chacun une spécialité, le médecin Crocker, le sapeur Bronson, le guide Nhut, le mitrailleur Horsnter et vous même, Steve Hawkins, le plus multitâche de la bande.

Le jeu est réaliste dans le sens où la violence est très présente notamment avec des démembrements, la difficulté et les sons. On avance doucement dans Vietcong car une balle ou deux et c’est la mort et les munitions sont comptées. Et en plus de garder la vie sauve, vous devez maintenir en vie vos comparses car s’ils se font trouer la peau c’est l’échec de la mission. Mais heureusement ils ne sont pas totalement idiots.

Cette difficulté permet une bonne durée de vie et aussi l’immersion. En effet, adieu l’ATH, le niveau de vie ou le nombre de munitions ou même le viseur. Vous ne disposez que d’une carte, d’une boussole et du nombre de chargeurs restants quand vous recharger (du moins quand vous sélectionner les modes de difficultés adéquates). 

Comme je l’ai écris précédemment, le réalisme du titre passe aussi par l’ambiance sonore. Les bruitages des armes sont somptueux, le claquement du AK-47 est ultra réaliste. La gestion des bruits en fonctions des environnements traversés est aussi excellente.

Côté musique, c’est le nirvana. La bande son est composée de bon vieux rock de l’époque notamment avec du Iggy Pop dès l’ouverture de jeu, Jimmy Hendrix, les Stooges ou encore Deep Purple. Bref côté son, Vietcong éclate les oreilles.

La plupart du jeu se déroule dans la jungle (terrible jungle…). Les graphismes étaient très corrects pour l’époque et permettaient de se sentir plongé dans la moiteur de la jungle vietnamienne.
Les modes multijoueurs est très complet bien que classiques, c’est du CTF, du DM, TDM ou de la coopération. De nombreuses maps persos et de multiples mods sont disponibles. C’est d’ailleurs ce jeu qui m’a fait aimer le jeu à plusieurs en ligne.

Je terminerai cet article ne vous conseiller d’y jeter une oeil car Vietcong est un excellent jeu. Et je pense que c’est sans doute le jeu qui m’a le plus touché, autant le solo que le multi. Malheureusement, Vietcong 2 est une déception, ce n’est pas un mauvais jeu, il est juste trop en deçà de son prédécesseur. Malheureusement, Pterodon a fermé ses portes, les développeurs sont pour la plupart chez 2K aujourd’hui mais l’éventualité d’un Vietcong 3 a une probabilité quasimement nulle de se produire.

Les cinq jeuxvidéos qui m’ont le plus marqué [1/5]

15 Oct

Ce billet est le premier d’une série de cinq qui décriront les cinq jeuxvidéos qui m’ont le plus marqué. Ils seront classés du plus récent au plus ancien, jusqu’à la Sega Megadrive ou Genesis pour nos amis anglo-saxons. Le choix a été très ardu et si vous souhaitez faire part de vos top 5, ce sera avec plaisir.

Entrons dans le vif du sujet. «Je suis un soft sorti en 2006, j’ai mis à genoux les configurations de l’époque, j’ai une durée de vie pachydermique et mon terrain de jeu est de 510 millions de km², je suis…» Flight Simulator X.

En effet cette incontournable amateurs d’aviation a vu les choses en grand. Le nombre d’avions disponibles, si l’on compte les add-on, est incalculable et l’on prend un plaisir fou à simuler des vols réguliers ou des petites virées en VFR. Il en est de même pour les différentes régions géographiques photoréalistes et les différents terrains. Vous l’aurez sans doute compris, FSX est le squelette et les différents add-on sont la chaire car de base les avions proposés sont peu nombreux et le modèle de vol des hélicoptères et des avions de ligne laissent à désirer. Les missions proposées par le jeu sont la plupart intéressante et permettent de se faire la main. Je ne sais pas combien de dizaines d’heures j’ai passé dans les cockpits virtuels de Flight Simulator. Mes coucous préférés sont le Mooney M20J de Carenado, le 747-200 de CLS et le C130 de Captain Sim.

Le problème de ce genre de jeu c’est qu’il est cher car il faut un PC qui tienne la route surtout en RAM d’après mon expérience, au minimum un joystick qui gère le palonnier, une installation audio correcte car les sons font partie du plaisir de FSX et évidemment les add-on même si on n’en trouve des gratuits et de bonne qualité. Cependant l’investissement est dilué dans la durée.

Voilà, c’était le jeu qui ma le plus marqué récemment et j’avais hésité longtemps entre FSX et Swat 4 qui est excellent mais il faut faire un choix.

Un petit indice pour le prochain jeu : 

%d blogueurs aiment cette page :